Ecofip
Toutes les innovations

Cabinet d’ingénierie financière et fiscale spécialisé dans les opérations d’investissement
en loi Girardin, Ecofip est devenu un des principaux acteurs du marché du Girardin Industriel. Retour sur les dernières innovations d’une société créée en 2003
par Thibaud Assier de Pompignan.

Ecofip, leader dans le montage en loi Girardin

Ecofip est aujourd’hui l’un des acteurs de référence dans le montage et le suivi des opérations d’investissement en Girardin industriel. Le cabinet est présidé par son fondateur, Thibaud Assier de Pompignan, un expert reconnu de longue date dans les domaines de la défiscalisation et réputé pour sa connaissance avisé des économies ultramarines.

Le Girardin industriel, prolongement des lois Pons et Paul, est un mécanisme de défiscalisation des investissements à destination des entreprises des DOM-COM. Il s’agit d’un investissement destiné à soutenir le développement économique et social des régions et collectivités d’Outre-mer.
Le mécanisme Girardin permet aux acteurs économiques ultramarins d’acquérir des biens industriels neufs à moindre coût et aux investisseurs, qui pour la plupart résident en métropole, de réduire leur impôt sur le revenu. Le mécanisme Girardin donne droit à une défiscalisation à hauteur de 110% à 120% de l’apport en capital l’année suivant l’investissement.

En 15 ans d’activité, Ecofip a contribué directement à la création de plusieurs milliers d’emplois dans les DOM-COM. En 2018, la société Ecofip est composée d’une équipe soudée de plus de 80 collaborateurs, répartis dans 6 agences locales et 2 bureaux métropolitains. Ecofip est présent au plus près du tissu économique des territoires d’Outre-mer, avec une implantation locale en Martinique, en Guadeloupe, à la Réunion, en Polynésie française, en Nouvelle Calédonie et en Guyane. Cette proximité permet une maîtrise de l’ensemble de la chaine de financement et une meilleure connaissance de l’économie locale et de son potentiel.

Ecofip a plusieurs fois été classé parmi les meilleurs cabinets de montage en Girardin. Gestion de Fortune a classé Ecofip n°1 de son Palmarès des Fournisseurs dans la catégorie des promoteurs en Girardin Industriel. Le cabinet a également été classé n°1 en 2014 et en 2017 dans le palmarès « Pyramides » établi par le magazine « Investissement Conseils », dans la catégorie Monteur Girardin. Ces prix consolident au fil des années la position de leader occupée par la société Ecofip.

Des innovations constantes

Pour maintenir sa place d’acteur incontournable en Girardin Industriel,
Ecofip a mis en place une démarche d’amélioration continue.
Régulièrement, des innovations sont mises en œuvre dans le but d’améliorer
la qualité de service et la sécurité des investissements en Girardin.

Récemment, Ecofip a décidé de déployer la signature électronique sur le portail dédié aux partenaires Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP) pour automatiser les flux de données et simplifier les procédures, en particulier celles relatives à la souscription.
Les investisseurs peuvent dès à présent signer leurs documents contractuels n’importe où, n’importe quand et avec le support de leur choix. La mise en place de la signature électronique permet également de simplifier les conventions de partenariat entre Ecofip et les CGP indépendants – Ecofip travaille actuellement avec plus de 400 CGP.

Ecofip compte bien profiter de la digitalisation des process pour accélérer son développement et améliorer la qualité de services délivrée aux investisseurs.

La digitalisation permettra également d’optimiser l’archivage des documents, dans une optique de mise en conformité avec les nouvelles règles en matière de protection des données personnelles et d’optimisation de la sécurité.

Le prélèvement SEPA va également prochainement voir le jour.

Le mécanisme Girardin est aujourd’hui un dispositif fiscal stabilisé et sécurisé pour les investisseurs.
Il est de plus en plus sollicité, comme en témoignent les derniers résultats d’Ecofip, publiés début 2018.
Sur l’année 2017, ce sont 3 400 dossiers qui ont été reçus, avec un apport moyen de 15 300 € – soit un total de 53 millions d’euros collectés.